Un aîné se fâche: il a payé deux fois son pont AVS

Un retraité doit rembourser 43'000 fr. Il a déjà lâché 100'000 fr. La caisse parle de paiement en viager, le rentier dit n'avoir jamais rien signé.


De 1989 à 1992, Gérard* a perçu un pont retraite de 43'000 francs. Depuis, il rembourse.
tdg-2016-03-17-2
Il rembourse même tellement que la CAP, la caisse de pension de la Ville de Genève et des communes a perçu... plus de 100'000 francs, à coup de 360 francs par mois. Considérant que la plaisanterie a assez duré, Gérard, âgé aujourd'hui de 89 ans, a saisi la Cour de justice, rapporte «Le Matin».

 

La CAP explique qu'à l'époque, l'ex-cantonnier avait eu le choix entre un remboursement sur douze ans ou en viager (une somme mensuelle jusqu'au décès). Le hic? Gérard assure n'avoir jamais signé de document l'engageant à un paiement à vie. Ce que la caisse de retraite confirme: ce n'était pas l'usage à l'époque, dit-elle. En revanche, le retraité n'aurait pas réagi à un courrier lui exposant clairement la situation en 1992, affirme-t-elle.

L'avocat de l'aîné, Me Daniel Meyer, se dit confiant. Il juge la méthode choquante. «Cela revient à sanctionner les retraités qui vivent plus longtemps que les autres!», confie-t-il au quotidien orange.

*Prénom fictif


Source: TDG